Histoire

C’est en passant son temps libre avec sa grand-mère alors qu’il était encore enfant que Philippe Moutardier a découvert sa passion de la terre et du vin. Sa grand-mère, visionnaire en son temps, avait dès les années 60 perçu l’intérêt d’acheter et cultiver ses propres terres à vignes. C’est parce que Philippe a montré très tôt des aptitudes à s’occuper de ses terres, qu’elle lui a donné peu à peu la responsabilité de ses terres viticoles.

Aujourd’hui, Philippe est à la tête de la marque La bulle de Porcelaine et commercialise le Champagne Philippe Moutardier.

D’une unique cuvée brut proposée au départ, le Champagne Philippe Moutardier se décline désormais en 4 cuvées principales : le Brut Tradition, le Brut Demi-Sec, le Brut Rosé et le Brut Réserve disponibles dans une gamme élargie.

Découvrez également les cuvées « Porcelaine », véritable objet d’art, sa capsule certifiée porcelaine de Limoges est très prisée des collectionneurs.

Un vignoble de caractère

Nous sommes situés dans le charmant village de Chézy-sur-Marne dans le sud de l’Aisne, traversé par la route touristique du Champagne.

Cette région champenoise est occupée principalement par le pinot meunier ainsi que le pinot noir et le chardonnay, trois cépages autorisés par l’appellation Champagne.

Le raisin, issu de vignes de premier ordre, permet d’obtenir un champagne savoureux, de qualité et authentique.

Notre sélection de champagne est créée à partir des 3 cépages autorisés pour la production du Champagne AOC (pinot noir, pinot meunier et chardonnay), nous permettant ainsi de vous proposer un large choix.

L'élaboration de notre champagne

Les vendanges ont lieu à la mi-septembre, 100 jours après la floraison et 45 jours après la véraison.
Les cueilleurs sélectionnent manuellement avec délicatesse les plus belles grappes que l’on mènera jusqu’aux pressoirs.
Le transport des grappes se réalise avec le plus grand soin dans des caisses ajourées afin de maintenir une bonne aération des grains, de permettre l’évacuation des eaux de pluie et des jus.

Après la cueillette, les grappes de raisin sont acheminées vers les pressoirs. Le raisin y est pressuré, cru par cru, cépage par cépage, et n’attend jamais plus de six à huit heures, de jour comme de nuit.

La fermentation alcoolique a lieu en cuve.
Elle dure entre 7 et 10 jours : le sucre naturellement présent dans le raisin se transforme en alcool grâce à l’action des levures ajoutées. Cette réaction s’accompagne d’un dégagement de gaz carbonique. De cette étape nous obtiendrons les vins dits clairs, car non effervescents: le gaz se sera échappé des cuves au cours de cette première fermentation alcoolique.

Cet art subtil du mélange et de l’association de vins clairs issus de différents cépages et de différents crus constitue la « signature » d’une maison de champagne.
Ces mariages sont répétés à plusieurs reprises après essais, dégustations et confrontations. La mise en oeuvre est ensuite réalisée dans d’énormes cuves équipéesmélangeurs qui assurent l’homogénéité irréprochable souhaitée.
C’est au cours de cette étape que l’on choisira d’assembler nos vins avec du vin rouge de champagne si l’on souhaite obtenir un rosé.

Au printemps on tire le vin des cuves pour le mettre en bouteille.
On y ajoute une petite quantité de liqueur, dite  » liqueur de tirage » constituée de sucre et de levures afin de provoquer la deuxième fermentation alcoolique. Parce que les bouteilles resteront hermétiquement fermées, le gaz ainsi formé ne pourra pas s’échapper : c’est ainsi que naissent les précieuses bulles de notre champagne. Nos bouteilles seront ensuite entreposées dans des caves fraîches pendant au minimum 3 ans.

Après le temps de maturation nécessaire en cave, les vins vont être progressivement et délicatement séparés de leurs lies constituées des dépôts de levure : c’est l’opération du remuage.
Pendant 4 à 5 semaines, les bouteilles subissent en moyenne une quarantaine de manipulations, sur des pupitres. Elles sont tournées régulièrement d’un huitième de tour et sont progressivement remontées jusqu’à la verticale.

Le dégorgement « à la glace » permet d’éliminer définitivement le dépôt qui s’est accumulé dans le col de la bouteille lors de la phase du remuage.
Le col des bouteilles est plongé dans un liquide à -25°C, provoquant le gel du dépôt. Le dépôt et le « bidule » sont alors évacués par la pression du gaz libéré à l’ouverture automatique des bouteilles

On ajuste le volume à l’intérieur de la bouteille par ajout d’une « liqueur de dosage » et d’un champagne de la même cuvée. La liqueur est souvent composée de sucre de canne. La dose varie en quantité et en qualité selon le type de champagne que l’on veut obtenir : brut, sec, ou demi-sec.

La bouteille ainsi terminée va être lavée, séchée et va repartir en cave pour un minimum de 2 à 3 mois afin d’assurer un mélange parfait de la liqueur avec le vin.
Les bouteilles seront enfin habillées, conditionnées, prêtes à être expédiées et commercialisées dans toute la France.